ZLECAF : La CEDEAO et la CEA militent pour sa réussite à Abidjan

ZLECAF : La CEDEAO et la CEA militent pour sa réussite à Abidjan

La phase pratique de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) en zone CEDEAO est au cœur de la rencontre CEDEAO-CEA qui se tient du 23 au 25 Novembre 2021 à Abidjan (Côte d’Ivoire-Afrique de l’Ouest).

La Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (CEA) et la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’ouest CEDEAO veulent inciter les pays africains à faire du commerce intra Africain.

A cet effet, des Experts de ces deux Organisations planchent sur la « revue technique CEDEAO-CEA sur le développement de la stratégie régionale ZLECAF pour la région de la CEDEAO ».

Par ailleurs, l’objectif de cette rencontre est d’examiner le Projet de la CEDEAO intitulé « STRATEGIE REGIONALE POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA ZLECAf » en vue de sa soumission pour validation par les États membres de la CEDEAO lors d’une réunion régionale.

LA ZLECAF, UN OUTIL DE DEVELOPPEMNT DE L’AFRIQUE

« La ZLECAf constitue une réponse clé au défi de développement africain à travers le commerce entre les Etats », a indiqué Amadou DIOUF, Représentant de la CEA. Ajoutant que le constat actuel est que la plupart des pays africains ont pour partenaires d’affaire, les occidentaux ; ce qui occasionne un faible taux d’échanges entre pays Africains. Une situation que le Représentant de la CEA voudrait voir changer car en inversant la donne, cela pourrait permettre une avancée rapide des pays africains et du continent. « La ZLECAf se traduit par l’augmentation de l’emploi pour les jeunes y compris les femmes », indique-t-il. Mettant ainsi un le doigt sur le problème du chômage qui constitue une difficulté dans plusieurs pays africains.

Pour Traoré Moussa, Représentant de l’UEMOA, il est important de faire une large communication sur la ZLECAF afin de la faire connaitre de tous. « L’accord est rentré en vigueur et il faut que nous travaillons à renforcer la communication, la compétitivité des Entreprises », déclare-t-il. Il préconise également de faire naître un esprit de compétition lors de ces échanges afin de toujours chercher à offrir le meilleur service via l’application de la ZLECAf.

« L’union Africaine a pour objectif de booster les marchés », a soutenu Sofola KOLAWOLE de la CEDEAO. Et cela ne pourra se faire que lors des échanges commerciaux entre pays Africains, d’où l’importance de l’application de la ZLECAf qui est bien accueilli par les 14 pays membres de la CEDEAO. « Tous les Etats CEDEAO ont signé l’accord et 13 d’entre eux l’ont ratifié », a rappelé le Représentant de la CEDEAO.

Quant au Représentant du Ministère ivoirien du Commerce et de l’Industrie, Loesse ESO, il a mentionné que « Les Etats Africains ont compris l’importance de commercer entre eux car le potentiel Africain est énorme », il a également évoqué le fait que la population africaine soit jeune ce qui constitue une main d’œuvre abondante pour le continent. C’est sans oublier selon lui les ressources terrestres et minières encore inexplorées sur le continent et que la mise en œuvre de la ZLECAf permettra d’exploiter comme il se doit.

Notons que, la ZLECAF en vigueur depuis le 1er janvier 2021 a pour objectif d’intégrer à terme l’ensemble des 55 pays de l’union africaine au sein de la zone de libre-échange.

Sidiki KONATÉ (stagiaire)

Commentaires

Commentaires