Dr Sergio TOMMASINI, PDG du Groupe Airone : « Je pense que l’objectif principal doit être de protéger et de préserver les intérêts des Entreprises opérant dans le secteur de la transformation du thon »

Dr Sergio TOMMASINI, PDG du Groupe Airone : « Je pense que l’objectif principal doit être de protéger et de préserver les intérêts des Entreprises opérant dans le secteur de la transformation du thon »

L’annexe fiscale à la loi de Finances n° 2020-972 du 23 décembre 2020 portant Budget de l’État pour l’année 2021 est depuis janvier 2021 mise en application en Côte d’Ivoire au niveau de divers secteurs d’activités, fait sujet d’actualité. Au niveau du secteur de la Transformation du thon, les mesures prises par cette Loi de Finances ont fait l’objet d’une analyse dans cette interview que nous a accordé le PDG du Groupe Airone, Dr Sergio TOMMASINI, à la tête de l’Entreprise depuis quelques mois.

Avec un chiffre d’affaire de plus de 70 millions d’euros, soit environ 35 milliards FCFA, Airone Côte d’Ivoire naît de la scission de deux unités, division fromages et division poissons, de Nuova Castelli S.p.a ; la division fromages a maintenu la dénomination précédente, tandis qu’une société ad hoc a été créée pour gérer les affaires liées à la transformation et au commerce de conserves. Le poisson thon d’Airone Côte d’Ivoire est pêché à quelques lieux de l’usine et dans la zone ZEE de la Côte d’Ivoire puis livré à un kilomètre du port de pêche, preuve manifeste d’une politique de préservation de l’environnement contre le réchauffement climatiqueDisposant d’un agrément sanitaire 120 PP attribué par les autorités ivoiriennes et reconnu par l’Union Européenne, l’Entreprise est certifiée ISO 9001 ; IFS, BRC. Le laboratoire est accrédité ISO/CEI 17025 et désigné deux fois lauréat aux éditions 2002 et 2004En tant qu’Entreprise franche, le cahier de charge est d’exporter au moins 90% de son Chiffre d’Affaire à l’extérieur. Cela permet à l’État d’avoir des rapatriements de devises.

TOMMASINI, nous donne son analyse sur les Entreprises franches et la transformation de Produits halieutiques, dont son secteur d’activité fait partie ; quand on sait que le thon est principalement exporté vers l’Union Européenne (UE). Le Port de pêche d’Abidjan est également le principal port de débarquement et d’avitaillement de l’activité thonière en Afrique de l’ouest. La masse salariale engendrée par ce secteur d’activité s’élève à 22 milliards de FCFA (44 millions de dollars) entre 2007 et 2012, soit une moyenne d’environ 4 milliards de FCFA par an (08 millions de dollars)

  

A.E : Est-ce qu’il a des changements dans la loi applicable aux Entreprises franches ?

Nous apportons notre contribution pour que les changements que le Gouvernement ivoirien souhaite proposer soient efficaces et efficients. Nous analysons le Projet de loi que le Gouvernement a envoyé aux Entreprises concernées et en particulier à celles opérant dans le secteur de la Transformation du thon.
En général, les zones franches représentent un moteur important pour le développement économique des zones défavorisées d’un territoire, permettant, grâce à des politiques d’exonération fiscale, une plus grande compétitivité des Entreprises et une amélioration générale de la qualité de vie de la communauté qui y réside.
Dans notre cas, la politique d’exonération fiscale favorise une plus grande compétitivité sur le marché européen. Airone étant la première Entreprise italienne à capitaux entièrement privés présente en Côte d’Ivoire.

A.E : Quels sont les points clés pour avoir une zone franche efficace?
Personnellement, j’en vois trois : accroître le commerce international, réduire le chômage et accélérer le développement économique. Dans le détail, Airone a la possibilité d’exporter l’essentiel de sa production vers l’Europe, nous avons accompagné plus de 1000 personnes depuis 1994 (le facteur emploi est fondamental) et nous apportons une contribution économique importante à toutes les Industries connexes. Je pense au récent Partenariat avec la Coopérative Socopaa pour la valorisation du thon pêché à la canne ou le Partenariat avec la société Intercoean pour la commercialisation de la miette de thon sur le marché ivoirien à un prix abordable comparable à celui des sardines. Cela est possible car Airone favorise les partenariats de la chaîne d’approvisionnement: absence de spéculation sur la chaîne d’approvisionnement et équilibre des rendements et des marges commerciales pour que le consommateur final en profite également.

A.E : Connaissez-vous l’importance de la transformation de l’industrie des Produits halieutiques?
Cette Industrie constitue un secteur vital de l’économie ivoirienne, parce qu’elle représente, à elle seule, près de 70 milliards de FCFA sur les 460 milliards de FCFA des recettes d’exportation de la Côte d’Ivoire vers l’Union Européenne, soit environ 15% des recettes totales d’exportation.
En outre, l’Industrie thonière accorde, sans aucun doute, la plus grande place à la promotion du genre dans le domaine de la création d’emplois, par le recrutement annuel de plus de 3.000 employés dont 70% de femmes.
Pour cette raison et pour préserver l’importance du secteur, le Régime Franc a été institué par la Loi n ° 2005-556 du 02 décembre 2005, Institution importante du Régime d’Entreprise Franche de Transformation des Produits Halieutiques de Côte d’Ivoire. Nous pouvons et devons certainement nous améliorer et, pour ce faire, nous avons besoin d’un dialogue constructif continu avec le Gouvernement ivoirien.

A.E : A quel point est-il important pour Airone d’être présent dans la zone franche pendant de nombreuses années?
Je dirais fondamental. Sans cette politique gouvernementale tournée vers l’avenir, il ne serait pas possible pour Airone de continuer à investir en Côte d’Ivoire. Le Gouvernement ivoirien et en particulier le Ministre des Ressources halieutique doit préserver ce modèle de travail, consolider la relation avec les Entreprises et établir une relation de réciprocité basée sur les investissements futurs, l’emploi et la création de nouvelles opportunités économiques.

A.E : Quels sont les points critiques du nouveau Projet de loi?
Je n’entrerai pas dans les détails législatifs qui seront discutés dans les forums appropriés et nous discuterons avec le Gouvernement ivoirien ; mais je pense que l’objectif principal doit être de protéger et de préserver les intérêts des Entreprises opérant dans le secteur de la transformation du thon. Rationaliser et promouvoir les opérations administratives afin d’améliorer l’exportation des produits. Ce n’est certainement pas un objectif de rechercher de nouvelles formes de contributions fiscales. Le principe de la zone franche est la politique d’exonération fiscale et les résultats obtenus par les Entreprises qui opèrent dans la zone depuis de nombreuses années sont évidents. Pour Airone, en plus du facteur emploi et de l’activité sociale qui est promu d’année en année, plus de 20 milliards de CFA ont été investis au fil des ans dans la Technologie, la Formation, les Infrastructures et l’Amélioration de la chaîne de production.

 

 

                                             Interview réalisée par Nadège Koffi

Commentaires

Commentaires