Le Gabon dépasse le seuil communautaire de 70% fixé par les autorités de la CEMAC

Le Gabon dépasse le seuil communautaire de 70% fixé par les autorités de la CEMAC

Selon la Ministre gabonaise de l’Économie et de la Relance, Nicole ROBOTY, le Gabon a dépassé le seuil communautaire de 70% fixé par les autorités de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).

Dans un document audiovisuel publié le mercredi 06 janvier 2021, la Ministre gabonaise de l’Économie et de la Relance, évoque deux faits majeurs pour expliquer les raisons de ce taux d’endettement du Gabon (Afrique Centrale).

En effet, de 2019 à ce jour, le PIB s’est contracté de plus de 576 milliards de FCFA », explique la Ministre. « Nous avons depuis 2017 avec les Institutions du Fonds Monétaire International (FMI) revu le concept de l’endettement en y intégrant aussi bien la dette conventionnée que la dette non conventionnée », ajoute-t-elle.

À l’en croire, l’encours de la dette conventionnée est de 5907 milliards de FCFA et celui de la dette non conventionnée (les instances du trésor, les arriérés de TVA et les arriérés sur les avances statutaires) se situe à 521 milliards de FCFA. Ces deux montants conduisent à un encours total de 6428 milliards de FCFA. « Cet encours rapporté au PIB, nous avons dépassé le seuil communautaire de 70% fixé par les autorités de la CEMAC», précise-t-elle.

Par ailleurs, face à cette situation jugée critique par des économistes, les autorités gabonaises ont décidé de réduire considérablement ce taux d’endettement pour le ramener en dessous du seuil communautaire. Cela se fera selon la Ministre, en plafonnant déjà les emprunts que le pays aura sur les trois prochaines années.  « La deuxième chose sera de voir comment nous pouvons reprofiler les emprunts que nous avons sur le marché international, pour les ramener à des conditions acceptables », indique-t-elle.

Notons que malgré cette situation, le Gabon a néanmoins continué à régler ses dettes au cours de l’année 2020. À cette date, le pays a remboursé, selon le Membre du Gouvernement, plus de 1180 milliards de FCFA sur une prévision de 1264 milliards de FCFA dans la loi de finances rectificative 2020. Au total, le pays devra rembourser pour la fin de l’exercice 2020, encore 84 milliards de FCFA de dettes.

 

                                                           Ifernisse.A

0

Commentaires

Commentaires