Vœux du Nouvel an du Président du Patronat ivoirien Jean-Marie ACKAH: « Les défis à relever en 2021 sont nombreux, et nous devons redoubler d’ardeur et de cohésion pour les relever, de façon à donner corps aux espoirs que nous fondons en cette nouvelle année »

Vœux du Nouvel an du Président du Patronat ivoirien Jean-Marie ACKAH: « Les défis à relever en 2021 sont nombreux, et nous devons redoubler d’ardeur et de cohésion pour les relever, de façon à donner corps aux espoirs que nous fondons en cette nouvelle année »

A l’aube de l’année 2021, le Président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire, Jean-Marie ACKAH, s’est adressé dans un discours ce jeudi 31 décembre 2020, à l’ensemble de la Communauté des affaires de Côte d’Ivoire, Petites, Moyennes ou Grandes Entreprises, Associations ou Unions Professionnelles.

Dans un Communiqué de presse transmis au site www.afriqueeconomie.net, le Président du Patronat ivoirien, fait le bilan de l’année 2020, qui a été marquée par cette pandémie mondiale dont tous les Secteurs d’activités ont été impactés à travers le monde.

Pour M. Jean-Marie ACKAH, tous les secteurs d’activités et toutes les Entreprises ont été ou sont encore durement touchées. Selon les projections du Fonds Monétaire International (FMI), le Produit Intérieur Brut (PIB) mondial devrait se contracter de -4,9 % en 2020. L’Afrique Subsaharienne, qui était sur une pente ascendante au niveau de sa croissance depuis deux décennies environ, a enregistré sa première récession en 25 ans, avec une croissance tombée de -3,3%. Dans ce tableau sombre, la Côte d’Ivoire apparaît comme l’un des rares pays du continent à avoir échappé à la récession. Les prévisions de croissance de 7,2% faites début 2020 ont été revues à la baisse face à la crise sanitaire, mais la croissance du PIB resterait positive à 1,8%. « La Côte d’Ivoire a donc mieux résisté que d’autres pays à la crise liée à la COVID-19. Cette performance relative est largement due à la robustesse et à la diversité du Secteur Privé Ivoirien », affirme le Président de la CGECI.

En effet, le Secteur Privé a joué un rôle capital pour empêcher l’économie de sombrer. « L’occasion me paraît donc appropriée pour féliciter les Entreprises de Côte d’Ivoire qui ont fait preuve d’une grande résilience économique en maintenant l’activité et la production, même au plus fort des inquiétudes sanitaires et des contraintes pesantes générées par les mesures de lutte contre la pandémie », indique-t-il. Ajoutant que la CGECI s’est mobilisée aux côtés des Entreprises, tout au long de l’année écoulée, pour les aider à passer au mieux le cap des difficultés.

Par ailleurs, il a été question des actions menées entre autres, dès l’apparition du premier cas de la COVID-19 en Côte d’Ivoire, la Confédération s’est-elle déployée à travers un triple credo : Sauver des vies; Protéger les Entreprises, par ricochet les emplois et Aider à reconstruire sur de meilleures bases par la suite ; elle a ainsi organisés pour recueillir les préoccupations des Entreprises qu’elle a soumis au Gouvernement ivoirien, et a suggéré des pistes de solutions qui ont largement servi à l’élaboration, par l’État ivoirien, du Plan de soutien économique, social et humanitaire, de 1700 milliards de FCFA. Quatre (4) fonds, dont deux (2) à destination des grandes Entreprises et des PME ont pu voir le jour ; le Patronat s’est impliqué dans la mise en œuvre de ces dispositifs, et sa présence dans le Comité de Gestion du Fonds dédié aux grandes Entreprises, a été d’un apport considérable. Par contre, le bilan du Fonds dédié aux PME a été fort mitigé, et la CGECI s’est à nouveau mobilisée, notamment à travers le Cadre de Concertation Public-Privé et lors de rencontres avec les structures gouvernementales appropriées, pour faire réviser les critères d’éligibilité, de sorte à favoriser l’éligibilité du plus grand nombre possible de PME aux ressources du Fonds ; toujours dans une optique de facilitation, elle a mis en place au sein du Patronat et chez un de ses membres (le MPME), un dispositif chargée d’aider les Entreprises à constituer leurs dossiers, etc.

Concernant, la réforme de la fiscalité, l’amélioration continue de l’environnement des affaires, la mise en œuvre des recommandations du Livre Blanc sur l’Industrialisation de la Côte d’Ivoire, ou encore le développement et la promotion de Champions Nationaux. Sur ces différents chantiers, les avancées obtenues ne sont pas encore à la hauteur des attentes du Secteur Privé. « Nous formons le vœu qu’elles s’accélèrent en 2021, afin que les points de convergence déjà atteints et les décisions arrêtées de commun accord, puissent être effectivement appliqués ; et que les négociations aboutissent rapidement sur d’autres points en suspens, comme l’alourdissement projeté de la charge fiscale sur des Entreprises ayant plutôt besoin d’un soutien marqué de la puissance publique », espère le Président du Patronat ivoirien.

Au Plan social, politique et International, le Patronat ivoirien a également contribué à sa manière. Indiquant, l’organisation lors de la campagne électorale pour la Présidence de la République, sa tribune d’échanges dénommée « Face au Patronat ».

Jean-Marie ACKAH, qui indique que les défis à relever en 2021 sont nombreux, et que tous les acteurs doivent redoubler d’ardeur et de cohésion pour les relever, de façon à donner corps aux espoirs qu’ils fondent en cette nouvelle année. « A tous, je veux adresser et partager un message d’espoir. Les attentes sont encore grandes en cette année 2021, mais de nombreuses opportunités s’offrent à nous. Les prévisions de croissance pour 2021 sont bonnes. L’économie mondiale devrait connaître un rebond anticipé à plus de 5% de croissance. La croissance ivoirienne quant à elle devrait être supérieure à 6% selon les prévisions du FMI, ouvrant ainsi des perspectives nouvelles au Secteur Privé », déclare le Président de la CGECI. Exhortant qu’une autre opportunité pour les Entreprises est le démarrage effectif des échanges commerciaux sous la bannière de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAF) dès le 1er janvier 2021. Il s’agit d’un vaste marché qui se présente aux Entreprises, lesquelles pourront exporter sans droits de douanes vers une cinquantaine de pays africains. « Comme c’est souvent le cas, l’avenir appartiendra aux entreprises qui s’y seront le mieux préparées. J’exhorte par conséquent, les Entreprises à opérer sans tarder, les transformations managériales et la transition numérique nécessaires pour prendre l’avantage dans le monde commercial ouvert qui se dessine », exhorte-t-il.

Pour Jean-Marie ACKAH, de nouvelles possibilités s’ouvriront devant eux, à l’occasion de cette nouvelle année. « Travaillons ensemble à les transformer en réalités concrètes, à transcender les épreuves d’hier pour bien reconstruire car, les difficultés ne sont pas faites pour abattre mais pour être abattues », conclut-il. En félicitant l’ensemble de son personnel avec à sa tête le Directeur Exécutif, qui avec ses équipes, a su, en cette période de crise relever les défis les plus importants.

 

 

Nadège Koffi

 

Commentaires

Commentaires