L’État béninois prévoit un budget de plus de 2 milliards de FCFA pour 2021

L’État béninois prévoit un budget de plus de 2 milliards de FCFA pour 2021

Le Gouvernement béninois (Afrique de l’Ouest) va augmenter le montant de son budget 2020 à 2.167 milliards de FCFA (3,8 milliards de dollars) et prévoit adopter une Loi de finances 2021 estimée à 2.452 milliards de FCFA (4,3 milliards de dollars).

Cette décision a été prise le mercredi 07 octobre 2020, à l’issue du Conseil des Ministres.

En effet, cette stratégie s’inscrit dans le cadre du Plan de relance économique des autorités visant à faire face aux conséquences de la COVID-19.

Par ailleurs, cet ajustement représente une augmentation de 9,1% du budget initial fixé à plus de 1986 milliards de FCFA soit 3,5 milliards de dollars.

Selon le Gouvernement, il s’explique par la prise en compte au budget de l’État, des dépenses d’urgence sanitaire, des transferts monétaires en soutien aux citoyens, aux Entreprises, aux Artisans et aux ménages de même que par des mesures de facilitation d’accès au crédit, d’une part, et la mise aux normes des équipements et installations sanitaires, d’autre part, dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Dans la droite ligne des mesures prises pour faire face à la pandémie qui a déjà contaminé 2357 personnes dans le pays, un budget 2021 en hausse a été élaboré par les autorités. S’équilibrant en ressources et en charges à 2452 milliards de FCFA (4,3 milliards de dollars), il prévoit de nombreuses mesures incitatives pour aider notamment les Entreprises à se relever de la crise sanitaire mondiale.

Ainsi, de nombreuses marchandises dans les Secteurs du Transport ou de l’Energie seront exonérés des droits et taxes de douane ainsi que de la TVA, tandis que les PME bénéficieront elles aussi de mesures fiscales avantageuses.

Notons que pour 2020, le pays s’attend à une croissance de l’ordre de 2,3% malgré la récession de -3,3% prévue pour l’Afrique subsaharienne cette année, avant un rebond à 6% en 2021. Les deux Projets doivent être transmis à l’Assemblée Nationale pour examen et vote, avant d’être définitivement adoptés, indique-t-on.

 

Patrice Bantchi

 

 

0

Commentaires

Commentaires