Rita DRO, l’ivoirienne qui vulgarise les boîtes à livres sur le territoire national : « Notre objectif à court thème est d’installer 100 boîtes à livres dans 100 communes de la Côte d’Ivoire »

Rita DRO, l’ivoirienne qui vulgarise les boîtes à livres sur le territoire national : « Notre objectif à court thème est d’installer 100 boîtes à livres dans 100 communes de la Côte d’Ivoire »

Rita DRO, Journaliste indépendante, Blogeuse à droville.com et Présidente de l’Association « Notre Boîte à Livres » est une jeune dame ivoirienne qui de par son diplôme en Licence de Communication d’Entreprise depuis 2009, s’est lancé dans son Projet baptisé « Boîtes à livres », qui fait la vulgarisation de la lecture aux populations ivoiriennes, en particulier les enfants qui sont la relève de la société.

Dans une interview accordée au site www.afriqueeconomie.net , la jeune dame nous explique le déclic qui l’a emmené à se lancer dans ce Projet et dévoile surtout ses ambitions de voir les populations ivoiriennes, avoir la culture de la lecture.

 

A.E : Quel a été le déclic qui vous a emmené à vous lancer dans votre Projet ?

Il faut dire que j’aime lire. J’aime m’entourer de livres et j’ai voulu juste partager ma lecture avec mon entourage proche, d’où le Projet « Boîtes à livres » a été lancé en février 2019. Nous existons de façon légale et le bureau compte une dizaine de personnes.

A.E : Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés depuis l’entame de votre Projet ?

Les difficultés que nous avons eu à être confrontées sont notamment, le financement des boîtes à livres ; le trop peu de lecteurs adultes ; la lenteur dans l’Administration pour l’obtention de l’agrément de l’Association.

A.E : Quelles sont les villes, communes et villages qui bénéficient de votre Projet ?

Les villes qui bénéficient de notre Projet sont Abidjan (Sud de la Côte d’Ivoire-Afrique de l’Ouest), Odienné (Nord de la Côte d’Ivoire), Danané (Ouest de la Côte d’Ivoire) et très bientôt Séguéla (Nord de la Côte d’Ivoire), Grand-Lahou (Sud de la Côte d’Ivoire) et Bouaké (Centre de la Côte d’Ivoire).

 

A.E : Avez-vous des Partenaires sur votre Projet ? Si oui, lesquels ?

Nos Partenaires sont la maison d’édition « Kaïlcédra » ; la maison « Bayard Afrique », l’Association « #AbidjanLit » ; la Fondation Friedrich Ebert et des Particuliers.

A.E : Quels sont vos Projets à court et moyen termes ?

Nos objectifs à court thème sont notamment, installer 100 boîtes à livres dans 100 communes de la Côte d’Ivoire ; instaurer des Clubs de lecture dans les quartiers bénéficiaires ; toucher et former 10.000 enfants. Sur le long terme, nous envisageons installer au moins une boîte à livres dans chaque commune du pays. Nous envisageons  instaurer des compétitions Inter-Communes de « Boîte à livres ». Aussi participer au « Prix Kailcédra » du Meilleur Auteur décerné par les enfants. Enfin, rédiger un plaidoyer pour obliger les promotions immobilières à installer une micro-bibliothèque dans leur cité.

 

A.E : Qu’attendez-vous du Gouvernement ivoirien dans votre Projet ?

Nous voulons qu’une Loi soit votée à l’Assemblée Nationale, qui oblige l’installation de mini bibliothèques dans les airs de jeu. L’objectif est de redonner la place qui lui revient de droit au livre dans cette société ivoirienne.

A.E : Que pensez de l’analphabétisme des jeunes femmes sur le continent africain ?

C’est un réel handicap mais on peut à coup de rééducation et de sensibilisation inverser la donne.

A.E : Votre mot de fin à nos lecteurs 

Le livre est le meilleur cadeau qu’on puisse offrir à un être humain ; rapprochez-vous du livre, faites en vos amis et vos compagnons de tous les jours. « Un enfant qui lit sera un adulte qui pense » Flore VASSEU.

 

 

                                       Interview réalisée par Nadège Koffi

 

0

Commentaires

Commentaires