27 millions de dollars mobilisés pour intensifier la riposte de l’Union Africaine face à la COVID-19 par la BAD

27 millions de dollars mobilisés pour intensifier la riposte de l’Union Africaine face à la COVID-19 par la BAD
Le Conseil d’Administration de la Banque Africaine de Développement (BAD) a approuvé le mercredi 09 septembre 2020, une subvention de 27,33 millions de dollars pour l’Union Africaine (UA) qui cherche à mobiliser les efforts au niveau continental pour enrayer la pandémie de la COVID-19.

Dans un Communiqué de Presse transmis au site www.afriqueeconomie.net par le service Communication de l’Institution, cette approbation fait suite à une réunion du Bureau élargi de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement avec le Secteur Privé africain tenue le 22 avril 2020 et présidée par le Président de l’Afrique du Sud, SEM Cyril RAMAPHOSA et Président de l’UA, au cours de laquelle le Président de la BAD, Akinwumi ADESINA, s’est engagé à soutenir fermement l’initiative de riposte à la COVID-19 de l’UA.

En effet, le financement de la BAD aidera les Centres africains pour le Contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique), à fournir une assistance technique et à renforcer les capacités des 37 pays éligibles au Fonds Africain de Développement (FAD), en particulier les États en transition, pour lutter contre la pandémie et en atténuer les impacts.

Par ailleurs, prélevées sur l’enveloppe des opérations régionales/biens publics régionaux du FAD et la Facilité de soutien à la transition, ces deux subventions permettront d’appuyer la mise en œuvre du Plan de préparation et de riposte du CDC Afrique à la pandémie de la COVID-19. Elles renforceront notamment la surveillance à divers points d’entrée dans les pays africains (par air, mer et terre), approfondiront les compétences infra-régionales et nationales en vigilance épidémiologique, et assureront la disponibilité de tests de dépistage et d’équipements de protection individuelle pour les effectifs déployés dans les zones sensibles et travaillant en première ligne. L’opération facilitera également la collecte de données ventilées par sexe et la mise à disposition de personnels formés auprès du centre des opérations d’urgence du CDC Afrique.
« Avec cette enveloppe de financement, nous réaffirmons notre ferme engagement en faveur d’une réponse africaine coordonnée face à la pandémie de la COVID-19. De façon plus importante encore, nous envoyons un signal fort pour dire que grâce à une action collective, l’Afrique est en mesure de contenir la pandémie qui met à rude épreuve ses systèmes de santé et provoque des impacts socioéconomiques sans précédent à l’échelle continentale », a affirmé le Président ADESINA.

Pour la Vice-Présidente par intérim de la BAD chargée de l’Agriculture et du Développement social et humain, Mme Wambui GICHURI, cette action de son Institution, intervient de manière opportune et cruciale pour permettre à l’Afrique de rechercher des solutions qui renforceront sa résilience face à cette pandémie et à toute crise sanitaire à l’avenir.

Notons que seuls deux laboratoires de référence, situés au Sénégal et en Afrique du Sud, étaient habilités à effectuer des tests Covid-19 sur le continent en février 2020. Les CDC Afrique, en collaboration avec les Gouvernements, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et plusieurs Partenaires du développement et Instituts de santé publique, ont réussi à augmenter le nombre de ces laboratoires, et ils sont actuellement habilités dans 44 pays. Mais en dépit de ces progrès, la capacité de dépistage de l’Afrique reste faible, les 37 pays éligibles au FAD ne couvrant que 40 % des tests Covid-19 réalisés à ce jour. Ce soutien financier vient compléter celui déjà apporté à diverses opérations nationales et infra-régionales financées par la BAD, dans le cadre de son mécanisme de réponse rapide Covid-19, destiné à aider les pays africains à freiner la pandémie et à en atténuer les effets.

La réunion du Bureau de l’UA a été l’occasion de lancer un appel à contribution au Fonds de riposte Covid-19 de l’Union Africaine, institué en mars 2020 par le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki MAHAMAT.
Rappelons que le Groupe de la BAD, est la première Institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes notamment, la Banque Africaine de Développement (BAD), le Fonds Africain de Développement (FAD) et le Fonds Spécial du Nigeria (FSN). Présente sur le terrain dans 41 pays africains et disposant d’un bureau externe au Japon, la BAD  contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres de la région, souligne-t-on. 

Nadège Koffi

 

Commentaires

Commentaires