Victoire GNAGBO, la jeune ivoirienne fondatrice de la marque PASSION AFRO « Rendons fière notre Afrique »

Victoire GNAGBO, la jeune ivoirienne fondatrice de la marque PASSION AFRO « Rendons fière notre Afrique »

Victoire GNABO, jeune fille âgée de 23 ans vivant en France d’origine ivoirienne, qui avec un parcours atypique, se lance dans l’Entrepreneuriat depuis Février 2020, dans le domaine de la Cosmétique. Avec sa marque « PASSION AFRO », elle prend soin des cheveux afro (crépus, naturels, métisses), par le canal de ses Produits faits à base d’huile végétale et de poudre d’où son slogan : Sois fière de ta couronne.

Dans une interview accordée au site www.afriqueeconomie.net, notre jeune entrepreneure nous explique qu’est ce qui l’a motivé à se lancer dans l’Entrepreneuriat et exhorte les Gouvernants africains à inciter la diaspora à venir investir sur le continent africain.

 

A.E : Quelle est votre formation de base ?

Je n’ai pas vraiment de formation de base ; j’ai un peu touché à tout étant plus jeune, un parcours scolaire un peu atypique. La Mode, le Marketing et la Pâtisserie, etc. J’ai toujours été très indécise.

A.E : Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’Entrepreneuriat ?

J’ai toujours voulu être mon propre patron, plus sérieusement je crois que j’étais un peu fatiguée de faire tous ces boulots qui ne me correspondaient pas ;  alors je me suis posée les bonnes questions et je me suis tournée vers l’Entreprenariat.

A.E : Pourquoi avoir choisi le domaine de la Cosmétologie ?

Ce qui me plait dans ce domaine, c’est surtout de formuler mes propres Produits ; les parfums, les huiles, la texture, je contrôle tout. Voir le Produit apparaître dans ma tête et voir les Produits finis ; c’est tellement satisfaisant, je ne changerais ma place pour rien au monde.

A.E : Pourquoi avoir choisi comme nom de votre marque « PASSION AFRO » ?

J’ai tendance à être passionnée dans tout ce que j’entreprends et je suis afro descendante, c’est donc tout simplement que m’est venue l’idée de « PASSION AFRO ».

 A.E : Avez-vous reçu un financement pour vous lancer dans votre Projet ?

Non je n’ai reçu aucun financement pour ce Projet. J’ai commencé cette Entreprise avec seulement 400 euros (environ 262.000 FCFA).

A.E : Avez-vous une équipe qui vous accompagne dans votre Projet ? Si oui, combien de personnes dans l’équipe ?

Non, je fais toute seule mon business.

A.E : Quelle est la stratégie Marketing et de Communication déployée afin de faire vendre vos Produits ?

Sur le moyen terme, c’est de conquérir le marché européen. Puis sur le long terme, c’est de développer « PASSION AFRO » sur le continent africain.

A.E : Le domaine de la Cosmétologie est jonché de plusieurs marques qui valorisent l’africanité dans leur service d’offre, qu’est-ce qui vous démarque des autres ?

Certaines marques valorisent leur africanisme avec des Produits nocifs pour la peau et ainsi que pour les cheveux, tout est mise en œuvre pour que leurs clientes soit le plus possible occidentalisées. Chez « Passion Afro », nous laissons parler les Produits d’eux-mêmes et c’est là toute la différence. Ici, la cliente est fière de son Afro, de ses cheveux crépus ; d’où le slogan : Sois fière de ta couronne.

A.E : Pouvons-nous avoir les pays dans lesquels vos Produits sont commercialisés ?

Pour l’instant on ne livre qu’en Europe (Belgique, Italie et France). J’essaie de trouver une solution plus économique pour pouvoir livrer en Afrique car je sais bien qu’il y a une clientèle à conquérir sur les Produits Bio en Afrique.

A.E : Quels sont les difficultés des jeunes startups de la diaspora ?

Je pense que le plus dur c’est de trouver les Financements adéquats et les Investisseurs qui suivront le Projet, mais surtout le porteur de Projet quoi qu’il arrive.

A.E : Que pensez-vous de l’immigration clandestine de nos Jeunes africains vers l’Europe ?

Il y a des points positifs comme des points négatifs, c’est une bonne chose de partir à l’étranger pour apprendre de nouvelles technologies, une médecine plus moderne ; par la suite rentrer au pays afin de pouvoir faire grandir notre nation.

A.E : Qu’est-ce que vous attendez de nos Gouvernants africains, afin d’inciter la diaspora à venir investir sur le continent africain ?

Je pense qu’il devrait faire plus d’Appels d’offres à l’emploi afin d’encourager les Jeunes africains de la diaspora, à migrer vers l’Afrique et non l’inverse. Il y a beaucoup d’opportunités à saisir en Afrique et cela très peu de gens le savent et c’est bien dommage.

 A.E : Votre mot de fin à nos lecteurs

Il n’y a pas besoin de faire de grandes études pour entreprendre ni même un gros budget, il faut croire en son potentiel et ne jamais baisser les bras devant les difficultés. Un jour ou l’autre le travail paiera. Je dirai tout simplement « Rendons fière notre Afrique ».

 Interview réalisée par Nadège Koffi

 

3+

Commentaires

Commentaires