Le Patronat togolais vole au secours de 14 Projets bancables, grâce à un accord tripartite signé entre la BOA et le Gouvernement togolais

Le Patronat togolais vole au secours de 14 Projets bancables, grâce à un accord tripartite signé entre la BOA et le Gouvernement togolais

Le Conseil National du Patronat (CNP) a conclu un accord le jeudi 23 juillet 2020 à la Présidence de la République au Togo (Lomé-Afrique de l’Ouest), entre la Banque Of Africa (BOA) et le Gouvernement togolais, en vue d’accompagner 14 Projets bancables de Petites et Moyennes Entreprises (PME).

 

Dans un Communiqué de Presse transmis au site www.afriqueeconomie.net , par le service communication du CNP, ces 14 Projets bancables sont la résultante du Forum Togo-Union Européenne (UE) que le Gouvernement togolais a initié du 13 au 14 juin 2019 à Lomé afin de mobiliser des Investissements Privés dans les Secteurs prioritaires au Togo tout en présentant les opportunités offertes par le pays aux Investisseurs locaux et européens.

 

Selon le Président du CNP, Laurent Coami TAMEGNON, ce sont 500 Projets qui ont été déposés à une Commission (Coordination de la Cellule Climat des Affaires), où 140 Projets étaient bancables ; c’est dans ces 140 Projets que le Patronat togolais a pu sélectionner 14 Projets bancables de PME qui ont des difficultés avec les banques ou qui n’ont pas de crédibilités face aux banques. « Pour nous cela a été de trouver des moyens afin d’accompagner ces Projets. Nous allons suivre ces Entreprises et nous allons essayer d’être leur mentor, en les conseillant, en les guidant dans la gestion quotidienne de leurs activités, afin qu’elles puissent grandir », explique M. TAMEGNON. Invitant également les autres Institutions financières à emboîter le pas comme la BOA, afin de participer à la croissance de ces PME. « Pour nous, nous voulons grossir le rang des Opérateurs économiques du Togo, en ayant à l’esprit que nous avons pris des engagements au niveau du Gouvernement, en ce qui concerne le Plan National de Développement (PND), en participant à hauteur de 65% financièrement et surtout les 500.000 emplois que nous devons atteindre à l’échéance 2022 », ajoute le Président du CNP.

En effet, les 14 Projets autour de 150 millions de FCFA par Projet, bénéficieront d’un crédit de la BOA ; mais 04 Projets exerçant dans les Secteurs de l’Agro-Industrie, de l’Agro-Alimentaire, du Commerce, etc, vont d’abord être accompagnés par la BOA, pour cette première vague.

 

Par ailleurs, cet accord tripartite entre le Patronat togolais, la BOA et le Gouvernement togolais, permettra aux 14 Projets bancables sous la supervision d’un Comité de suivi de l’après-forum qui a été mis en place (Coordination de la Cellule Climat des Affaires).

Notons que cet accord sur l’initiative du CNP, d’après les termes du Communiqué de Presse, s’inscrit dans la ligne droite de la mobilisation des ressources pour l’accompagnement des promoteurs de Projets dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement(PND). Le Gouvernement togolais, fidèle à sa politique de développement du Secteur Privé, a dans le cadre des travaux du Sous-Comité en charge du suivi des Projets privés placés sous la Coordination de la Cellule Climat des Affaires, entrepris des discussions avec le Partenaire financier, qu’est la BOA, ceci sur l’initiative du CNP, membre dudit comité. Lesdits travaux ont conduit à la mise en place d’une commission ad hoc, composée des différentes parties prenantes (CCA, BOA, CNP, CCIT, AGET, EUROCHAM) en vue d’étudier les plans d’affaires soumis par les promoteurs et accompagner ceux qui réunissent les critères requis par la Banque.

Rappelons que le CNP, avec son siège à Lomé depuis le 19 novembre 1990, travaille en partenariat avec le Gouvernement, les Institutions, Organismes et Associations à caractère privé. Il se veut une équipe de spécialistes dotés de larges expériences professionnelles représentant les différents corps de métiers. Le CNP est composée de 21 Associations professionnelles. Il est principalement une force de proposition de politique économique et sociale, une structure dynamique de coordination, de représentation, de formation, d’information, d’action et d’étude en faveur du bien commun de ses Membres quelles que soient leurs formes et dimensions. Il a pour but d’organiser les différentes professions et de défendre les intérêts collectifs et individuels de ses Membres et du Secteur Privé dans son ensemble.

 

 

Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires