La CGECI sensibilise les Entreprises ivoiriennes sur le Management de l’Energie selon la norme ISO 50 001 à Abidjan

La CGECI sensibilise les Entreprises ivoiriennes sur le Management de l’Energie selon la norme ISO 50 001 à Abidjan

Une session d’information s’est tenue ce lundi 22 juin 2020 au siège de la Maison de l’Entreprise au Plateau (Abidjan-Côte d’Ivoire), en vue de sensibiliser les Entreprises sur le Management de l’Energie selon la norme ISO 50 001, une norme utilisée par 174 Entreprises en Europe.

Ce Projet conduit par la Commission Energie-Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement (E-QHSE) de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) et présidée par M. Claude KOUTOUA, entre dans le cadre d’un Partenariat entre la Côte d’Ivoire et la République Fédérale d’Allemagne, le Ministère Fédéral de la Coopération Économique et du Développement de l’Allemagne (BMZ) et le Ministère Ivoirien de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MENETFP), qui ont mis en place un Protocole d’accord pour le Projet de « Formation Professionnelle dans les Secteurs des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique en Côte d’Ivoire » (ProFERE).

En effet, l’objectif du Projet est de mettre à la disposition de l’Industrie ivoirienne une main d’œuvre qualifiée tout en développant un marché local des Énergies Renouvelables (EnR) et de l’Efficacité Énergétique (EE), en s’appuyant sur le Secteur Privé.

Au cours d’une session d’information faite en présentiel et par visioconférence, animée par un Expert International de SGS Academy France, M. Vianney BOCK, Responsable Pédagogique IRCA/CQI et tenue en présence du Directeur Exécutif de la CGECI, M. Stephane Aka-ANGHUI, les Entreprises et les Associations de PME du Secteur Énergie ont pris part.

Selon le Directeur Exécutif de la CGECI, M. Stéphane Aka-ANGHUI, dans le contexte économique mondial actuel marqué par une crise climatique et sanitaire sans précédent, il est important que la promotion des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique dans les Entreprises, soient non seulement une opportunité, mais également une priorité pour mieux gérer la hausse de la demande en Énergie qui influence fortement la compétitivité du Secteur privé. « C’est tout le sens pour la CGECI d’intégrer dans sa stratégie d’appui et d’accompagnement de ses membres, les problématiques liées aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, en un mot les enjeux du développement durable », a-t-il déclaré à l’entame de la session.

Quant au Président de la Commission Energie-Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement (E-QHSE) de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), M. Claude KOUTOUA, qui a exhorté les Petites et Moyennes Entreprises (PME), à participer à ces Programmes de formation qui seront initiés par son Institution, dans les mois à venir.

L’Expert International de SGS Academy France, M. Vianney BOCK, dans une présentation détaillée, a pu définir ce que c’est cette norme ISO 50 001, qui est un outil stratégique face aux enjeux bas carbone et de changement climatique qui nourrit une démarche RSE et qui permet de faire face aux évolutions du prix de l’Energie. Des enjeux et principes de ce système de Management de l’Energie selon la norme ISO 50 001, sont utilisés par 174 Entreprises en Europe.

Concernant les enjeux, des impacts notamment, économiques, environnementaux et politiques sont constatés.   

Au niveau des impacts économiques, les stocks d’énergies fossiles dont l’exploration est commercialement viable sont limités. « Le développement de plus en plus rapide de certains pays et l’augmentation des besoins énergétiques font pression sur les stocks existants. Cette pression entraîne une escalade des prix, avec des conséquences importantes sur le prix des combustibles, des produits et des services », explique l’Expert.

Pour les impacts environnementaux, la production, la distribution et l’utilisation d’Energie ont à chaque étape des effets néfastes sur l’environnement, entre autres, la pollution de l’air, la pollution de l’eau, les émissions de gaz à effet de serre, etc.

 

Par ailleurs, les finalités et l’application de cette norme sont entre autres, de donner la possibilité à une Organisation de parvenir, par une démarche méthodique et systématique, à améliorer en continue, sa performance énergétique ; est applicable à toute Organisation quel que soit son type, sa taille, sa complexité, son emplacement géographique, sa culture, ou les produits et services qu’il fournit (Industrie, Service, Association, Administration).

Des avantages très importants pour les Organisations, quand à l’utilisation de cette norme ISO 50 0001. Nous avons la facilitation des investissements et les gains financiers associés, qui deviennent un levier ; la facilitation de l’aide à la décision pour monter les financements des opérations d’amélioration de la performance énergétique.

Concernant les principes, il faudrait adopter une démarche méthodique.

Toutefois, des difficultés qu’ont pu rencontrer ces Entreprises qui ont utilisés cette norme. L’on cite, les contraintes techniques, la charge de travail, les disponibilités et la qualification, l’isolement, le manque de soutien de la direction, la gestion du changement, le manque de financement, l’interprétation de la norme, etc.

Notons que ce Projet qui verra plusieurs Programmes de formations de 12 personnes par session de formation au sein de la CGECI, à partir du mois de juillet et prendra fin en septembre 2020, permettra de renforcer les capacités des Entreprises, particulièrement des PME, en matière d’Energie Renouvelable et d’Efficacité énergétique, mais surtout de se familiariser avec les prérequis pour la mise en place de la norme ISO 50 001. Dans un objectif à la fin de ces Formations d’obtenir entre autres, 100 personnes dont au moins 25% de femmes représentant une centaine d’Entreprises sont sensibilisées ; les Entreprises et les Associations de PME du Secteur Énergie sont identifiées et sensibilisées.

Rappelons que la Côte d’Ivoire a pris l’engagement de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 28% et d’accroître la part des Énergies Renouvelables dans son mix énergétique à 42% à l’horizon 2030, pour satisfaire la demande en électricité dont les prévisions de croissance annuelle, évoluent de 10 à 12% environ.

 

Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires