Crise sanitaire mondiale : Une perte de plus d’un milliard de dollars de revenus touristiques par an, pour l’Ouganda

Crise sanitaire mondiale : Une perte de plus d’un milliard de dollars de revenus touristiques par an, pour l’Ouganda

Le Gouvernement ougandais (Afrique de l’Est), s’attend à perdre chaque année 1,6 milliard de $ de revenus touristiques en raison des conséquences induites par les mesures de restriction liées à la crise sanitaire mondiale.

Dans un discours prononcé le lundi 1er juin 2020, le Président ougandais, SEM Yoweri MUSEVENI, a évoqué de nouvelles statistiques sur les pertes économiques que le Coronavirus entraînera pour son pays.

Selon le dirigeant, ce sont près de 1,6 milliard de $ de recettes liées au tourisme qui devraient échapper au Secteur chaque année en raison de la pandémie. « Le coronavirus aura un énorme impact sur le tourisme en Ouganda, l’un des principaux pourvoyeurs de devises étrangères du pays », s’est-il exprimé.

En effet, aucun détail n’a été donné sur le nombre d’années que couvrent ces estimations. Ces dernières années, l’Ouganda a développé une économie fortement liée au tourisme grâce à sa faune et à sa flore qui attirent des millions de visiteurs. En 2017, les recettes touristiques du pays ont atteint les deux milliards de dollars. Malheureusement, la suspension des transports et la fermeture des frontières vont entraîner une diminution du flux de touristes arrivant dans le pays.

 

D’après le Fonds Monétaire International (FMI), cela devrait faire chuter de 54% les recettes touristiques prévues pour l’année fiscale 2019-2020, et de 52% celles de l’exercice fiscal suivant. Cette situation devrait également affecter le flux de devises étrangères captées par le pays au cours de ces deux périodes. Pour l’exercice fiscal en cours, le FMI table désormais sur une croissance de 3,3% en forte baisse par rapport à l’année budgétaire 2018-2019 où l’économie avait crû de 6,5%.

Notons qu’avec 457 cas de contamination enregistrés à ce jour, et 72 guérisons, l’Ouganda s’attend à voir baisser les transferts d’argent en provenance de sa diaspora.

 

Patrice Bantchi

 

 

Commentaires

Commentaires