Le Parlement mauritanien met en application l’interdiction de la langue française en Mauritanie

Le Parlement mauritanien met en application l’interdiction de la langue française en Mauritanie

Un règlement intérieur, adopté en juillet 2019, interdisant aux députés de s’exprimer en français durant les débats parlementaires, a été mis en application durant les dernières séances de la première session ordinaire de 2019-2020 qui a pris fin vendredi 31 janvier 2020.

En effet, la langue française est désormais bannie dans l’hémicycle du Parlement en Mauritanie. Quatre langues seront autorisées à parler, notamment, l’arabe, le pulaar, le soninké et le wolof.

Notons que la Mauritanie qui est un pays de l’Afrique de l’Ouest, avec une superficie de 1.036.000 km2 et une population estimée à plus de de 4 millions d’habitants, s’est classée au 157ème rang sur 182 pays à l’Indice de Développement Humain (IDH), en 2016. La moitié de sa population vit toujours de l’Agriculture et de l’Élevage, mais un nombre croissant de nomades et de paysans ont dû migrer vers les grandes villes afin de fuir la pauvreté. En janvier 2017, le pays se dote d’une loi sur le partenariat Public-Privé. En novembre 2017, la Banque Mondiale présente son rapport annuel qui indique une progression de la Mauritanie dans le classement Doing Business 2018, pour la troisième année consécutive, où elle gagne 10 places en se classant 150ème sur 190 pays. L’activité économique reprend lentement en 2017 grâce à l’amélioration progressive de la consommation privée et à la performance des Secteurs de la Pêche, du Commerce et des Industries manufacturières.

      

Soulignons que le taux d’endettement s’élève à près 100 % du PIB en 2017, la croissance économique est de 4 % en 2018 et devrait s’accélérer avec les exportations de pétrole.

Le français est une des six langues officielles ainsi qu’une des deux langues de travail, avec l’Anglais de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). Il est aussi langue officielle ou de travail de plusieurs Organisations Internationales ou régionales, dont l’Union européenne, l’Union Africaine (UA), etc. Cette décision de la Mauritanie de se priver de la langue française aurait-elle des raisons particulières.

 

 

Nadège Koffi.

 

Commentaires

Commentaires