Naima KORCHI, cette panafricaine qui entend porter la voix des Femmes africaines sur la scène internationale

Naima KORCHI, cette panafricaine qui entend porter la voix des Femmes africaines sur la scène internationale

Ancienne fonctionnaire des Nations Unies d’abord à l’UNESCO et ensuite au UNHCR, elle est devenue une Consultante et Conférencière Internationale sur l’Afrique, et en particulier sur le leadership des Femmes. Aujourd’hui en poste auprès de l’Union Africaine (UA), Naima KORCHI, franco-marocaine est régulièrement observatrice des élections présidentielles des pays africains pour l’UA. Femme qui milite pour la cause des Femmes africaines et surtout veut porter haut l’image d’une Afrique forte, dynamique et qui a sa place dans le concert des Nations, a accordé une interview au site www.afriqueeconomie.net . Dans cette interview, Dame KORCHI nous parle en long et en large de son Projet « Africa Women’s Forum » qui marque chaque année les évènements axés sur la cause des Femmes africaines au niveau du continent africain.

A.E : Présentez-vous à nos lecteurs

Naima KORCHI,  est Juriste Internationale, diplômée des universités de Paris II Assas et de Panthéon-Sorbonne. Ancienne fonctionnaire des Nations Unies d’abord à l’UNESCO et ensuite au UNHCR, je suis devenue une Consultante et Conférencière Internationale sur l’Afrique, et en particulier sur le leadership des Femmes. Je suis actuellement en poste auprès de l’Union Africaine au Département de Paix et Sécurité. Enfin je suis régulièrement observatrice des élections présidentielles des pays africains pour l’Union Africaine.

A.E : Qu’est ce qui a motivé votre engagement à vous lancer dans votre Projet qui est devenu un évènement annuel incontournable sur le continent africain ?

Afin d’amplifier ce plaidoyer en faveur des Femmes, avec plusieurs femmes leaders africaines venues de  35 pays, je fonde en 2013 à Dakhla dans le Sud du Maroc,  une Association panafricaine, le « Africa Women’s Forum » pour faire entendre la voix des Femmes africaines dans tous les sujets majeurs du continent, valoriser leur expertise et encourager la coopération entre États impliquant davantage les Femmes. AfricaWomen’s Forum a son siège au Maroc avec plusieurs représentations sur le continent notamment, le Bénin, la Tunisie, la Gambie, le Ghana, et des Ambassadrices dans 40 autres États.

A.E : Quels sont les pays qui ont accueilli l’évènement « Africa Women’s Forum » ?

Le Forum organise chaque année un Forum International au Maroc. Nous avons eu trois éditions à Dakhla, qui a été le premier Forum du leadership des femmes africaines et deux à Rabat, où nous l’avons fait l’année dernière qui a enregistré plusieurs personnalités du continent et venus de l’International pour plancher sur des questions capitales pour le continent africain. Également, nous organisons des Forums régionaux dans d’autres régions notamment, au Bénin, au Ghana.

A.E : Parlez-nous de votre Projet « Africa Womes’s Forum » qui vous tient tant à cœur ?

Les thématiques abordées sont des préoccupations majeures du continent et qui affectent en priorité les femmes notamment, la mobilité, les changements climatiques, la Coopération Sud-Sud, les migrations et la Gouvernance. Africa Women’s Forum participe régulièrement aux grandes Conférences Internationales et a obtenu plusieurs reconnaissance internationales comme le label COP 22, la nomination aux trophées RSE/France ou le titre d’Ambassadeur Humanitaire à Kinshasa.

 A.E : Pouvez-vous en quelques phrases, nous expliquer le rôle de la femme africaine pour le développement du continent africain ?

Pour moi, la Femme est le ciment de la société et donc dans le développement du continent africain. Le problème c’est que son rôle est peu visible comme dans l’Entrepreneuriat car dans l’informel. Dans la politique, les statistiques sont là, les Femmes africaines sont les premières ; dans les questions de sécurité et de paix elles sont aussi présentent, c’est dans cette vision que j’ai initié mon Projet « Africa Women’s Forum » dont le principal objectif est de valoriser leur rôle et encourager la Coopération Sud-Sud avec plus de Femmes.

A.E : Quels ont été vos Partenaires à vous accompagner dans votre Projet ?

Nous avons eu huit Partenaires. Je suis très reconnaissante au Maroc qui est un Partenaire complémentaire efficace, aux Institutions nombreuses qui nous accompagnent comme l’AMCI, les autorités locales et Organismes Internationaux, HEM et bien d’autres qui nous permettent chaque année d’inviter des femmes et hommes de toute l’Afrique. Cela est très positif et montre qu’au Maroc il y a une vraie prise en compte de la société civile.

A.E : Avez-vous le soutien des Gouvernants africains ?

On est très soutenu dans les pays où nous allons et j’ai pu ouvrir rapidement des sections dans beaucoup de pays car notre discours est sincère car nous sommes des africaines qui avons démontré notre réel intérêt au continent africain. Africa Women’s Forum est ainsi la seule association marocaine à avoir autant de sections hors du Maroc et la première à avoir été choisie par l’Union Africaine (UA) pour observer les élections présidentielles. Pour nous cette reconnaissance internationale est objective. Des gens qui ne me connaissent pas est la preuve que nous faisons quelque chose de positive. Ma première mission pour l’UA a été d’observer les élections. Ces missions sont aussi une excellente opportunité de travailler avec des Experts africains, tous unis par le même objectif d’apporter notre expertise aux États.

A.E : L’édition précédente a eu la participation de combien de participants ?

L’édition précédente était spéciale dans la mesure où elle s’est ouverte aux autres pays comme les États-Unis, le Canada, la France pour un regard croisé sur le leadership. Pendant deux jours, une cinquantaine de femmes et hommes y compris les jeunes ont pu échanger sur le rôle des Femmes dans leurs pays. On a reçu beaucoup de femmes leaders du Maroc comme Farida JAIDI, première Ambassadrice ou Mbarka BOUIDA, première Présidente de région.

A.E : Pourrait-on savoir le pays qui abritera la prochaine édition ?

La prochaine édition se fera prochainement au Cap en Afrique du Sud, en Novembre prochain. Mais également, nous avons la sollicitation de l’Europe et de l’Amérique, qui envisagent abriter le Forum. Les pays tels que la France ou le Canada sont intéressés à l’accueillir.

A.E : Votre mot de fin

En tant que Consultante, je mets mon expertise et mon réseau du continent africain au service des Entreprises, des ONG ou des Organismes internationaux qui souhaitent se développer sur le continent. Tous les pays du continent ont leur spécificité mais ce qui me plaît et qui me pousse à visiter d’avantage de pays, ce sont les relations humaines, l’apprentissage car notre civilisation est passionnante. Je souhaite qu’on mette l’humain au cœur de toutes nos actions et sur ce plan, nous les africains sommes extraordinaires sur beaucoup de points. Pour la diaspora, j’encourage d’autres à faire le choix du retour car l’Afrique offre de nombreuses opportunités en dépit des problèmes que traverse le continent entre autres, la sécurité, le développement, etc. Merci au site www.afriqueeconomie.net qui m’a permis encore de parler de mes actions et de ma vision pour l’Afrique qui me coûte chère.

 

Interview réalisée par Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires