Le Président du Patronat ivoirien, Jean-Marie ACKAH envisage faire de la Côte d’Ivoire pour l’année 2020, le cercle très prestigieux des 50 pays les mieux classés par la Banque Mondiale

Le Président du Patronat ivoirien, Jean-Marie ACKAH envisage faire de la Côte d’Ivoire pour l’année 2020, le cercle très prestigieux des 50 pays les mieux classés par la Banque Mondiale

Le Président de la Confédération Générale de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean-Marie ACKAH, promet faire de la Côte d’Ivoire pour l’année 2020, le cercle très prestigieux des 50 pays les mieux classés par la Banque Mondiale.

Dans un discours de nouvel an envoyé au site www.afriqueeonomie.net le jeudi 02 janvier 2020 par le Service Communication du Patronat ivoirien (Abidjan-Afrique de l’Ouest), M. Jean-Marie ACKAH, se réjoui tout d’abord des efforts menés par l’ensemble des membres de la CGECI, dans l’accomplissement du Programme d’activités établit en début de mandat et dont les principaux axes étaient notamment, l’amélioration de la gouvernance de l’Institution, le positionnement de ses adhérents au cœur de l’action patronale et l’amélioration de sa notoriété, ainsi que la consolidation de son image au plan national et international.

Selon le Président du Patronat ivoirien, en trois ans, son Institution a porté la voix du Secteur Privé ivoirien sur toutes les grandes réformes et les principaux sujets qui ont occupé les pouvoirs publics nationaux et les organisations régionales. « Il me paraît donc opportun, de féliciter et de remercier l’ensemble des membres de notre organisation (groupements, associations et entreprises) qui, de par leur contribution, ont permis d’enregistrer tous ces progrès, qui confortent la CGECI dans sa position d’organisation patronale la plus représentative du Secteur Privé ivoirien », s’est-il exprimé. Également, se félicitant de tous les efforts pour renforcer la qualité du dialogue Public-Privé, afin de participer à l’amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire.

Toutefois, l’Institution patronale est consciente des défis majeurs à relever entre autres ; l’accès au financement surtout pour les Petites et Moyennes Entreprises (PME), l’élargissement de l’assiette fiscale pour alléger la pression fiscale que subit le Secteur formel ; l’éclosion rapide de champions nationaux « made in Côte d’Ivoire », etc.

Par ailleurs, M. ACKAH exhorte l’ensemble du Secteur Privé ivoirien à rejoindre le cercle très prestigieux des 50 pays les mieux classés par la Banque Mondiale. « Nous en avons les capacités et nous y croyons. Vive le Secteur Privé ivoirien pour une Côte d’Ivoire prospère !», a-t-il conclu.

Notons que la Côte d’Ivoire a ainsi amélioré significativement ses performances dans le rapport Doing Business de la Banque Mondiale et gagné 55 places, depuis le début du processus en 2013.

Nadège Koffi

 

1+

Commentaires

Commentaires