Mahamane SOW, Directeur Général EDF Côte d’Ivoire « Nous allons bientôt développer une Centrale de production d’énergie de capacité de 46 Mégawatt qui sera la plus grande Centrale d’Afrique de l’Ouest et Centrale et qui vise à produire de l’énergie à partir de tiges de palmiers à huile et de déchets organiques »

Mahamane SOW, Directeur Général EDF Côte d’Ivoire  « Nous allons bientôt développer une Centrale de production d’énergie de capacité de 46 Mégawatt qui sera la plus grande Centrale d’Afrique de l’Ouest et Centrale et qui vise à produire de l’énergie à partir de tiges de palmiers à huile et de déchets organiques »

A la tête du Groupe EDF Côte d’Ivoire, une structure dans le domaine de l’Énergie. Ce jeune homme a, à son actif au sein de la structure au niveau de la Côte d’Ivoire, des employés au nombre de 15 personnes.

Le Groupe EDF qui est présent dans neuf pays sur le continent africain entre autres, le Maroc, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Algérie, l’Égypte, le Ghana, le Mozambique, etc, entend s’imposer comme le leader dans son domaine.

Avec de grandes ambitions et Projets pour le continent africain, les Responsables du Groupe n’hésitent pas à porter la voix dans des grands évènements qui pourraient voir un jour leurs objectifs atteints. C’est pourquoi, nous avons pu rencontrer M. SOW, lors de la Conférence Internationale sur la biomasse qui a eu lieu du 25 au 26 septembre 2019 à Abidjan, où il était l’un des panélistes sur la thématique : « AVANCER AVEC LA BIOMASSE ET LES DÉCHETS EN ÉNERGIE EN AFRIQUE ».

Dans une interview accordée à notre site www.afriqueeconomie.net, le DG du Groupe EDF Côte d’Ivoire nous a expliqué de façon plus détaillée, le Projet dont sa structure envisage de réaliser très bientôt au niveau de la Côte d’Ivoire et qui a été présenté au cours de la Conférence Internationale devant des Opérateurs économiques, Institutions Internationales venus de plusieurs pays du continent et du monde entier.

A.E : Présentez-vous à nos lecteurs

Je suis Mahamane SOW, Directeur Général EDF Côte d’Ivoire, filiale qui est implantée maintenant depuis trois ans et vise notamment à développer un tout petit peu tous les segments sur lesquels EDF peut s’impliquer dans le développement du Secteur de l’Énergie.

 A.E : Pouvez-vous nous parler de façon brève du Projet BIOEVA ?

Le Projet BIOEVA dont on croit beaucoup et qu’on s’est impliqué depuis 2014 au côté de Partenaires de référence SIFCA et récemment MERIDIAM pour développer une Centrale de production d’énergie de capacité de 46 Mégawatt qui sera la plus grande Centrale d’Afrique de l’Ouest et Centrale et qui vise à produire de l’énergie à partir de notamment de tiges de palmiers à huile, de déchets organiques.

A.E : Quels sont les défis et enjeux de ce Projet ?

Le défi principal pour pouvoir notamment développer ce type de Projet est de s’assurer essentiellement que le combustible, notamment la Biomasse est disponible et là, un pays comme la Côte d’Ivoire présente beaucoup d’atouts comme son économie repose en partie sur la filière Agro-industrielle qui s’est avérée qu’en terme notamment, dans l’exploitation de différentes filières. Il y a des déchets organiques qui sont inutilisés et très peu valorisés, cela présente une opportunité notamment, dans le Secteur de l’Énergie, de l’intégrer dans le développement du mix de production.

A.E : Le solaire est peu exploité en Côte d’Ivoire et même en Afrique, quelle est la politique que vous envisagez utiliser pour que les populations et même les Entreprises s’intéressent à ce Secteur ?

Nous en Côte d’Ivoire, il y a deux ans et demi, on s’est lancé dans le Solaire, à travers des Kits solaires. On est le premier opérateur en Côte d’Ivoire, à travers une société qu’on a créé qui s’appelle ZECI pour Zola EDF Côte d’Ivoire (société créée en joint-venture à 50/50 entre EDF et Zola Electric.) en partenariat avec des américains qui s’appelle ZOLA électrique et donc on déploie les kits solaires dans les zones rurales, qui sont dépourvues d’électricité. Des kits qui sont composés d’un panneau solaire, d’une batterie, de point d’éclairage, de quoi charger les téléphones, la télévision, le ventilateur et tout cela en tout cas avec une forme de préfinancement et un recouvrement par mobile money. On a aujourd’hui plus de 30.000 foyers qi sont équipés avec ces installations et donc on essaie en tout cas à notre niveau de développer cette filière du Solaire. Maintenant effectivement sur les Projets de grandes envergures, ce qu’on appelle les Centrales solaires au sol, donc là effectivement, on sait que L’État a pas mal de Projets à l’étude et nous pensons que cela pourrait bientôt se développer.

A.E : Le Projet va créer en matière de chiffres, à combien d’emplois ?

Nous au niveau du Groupe EDF, sur ce Projet en tout cas de déploiement de commercialisation de Solaire, qui est un Projet 100% privé, on a été amené à ce qu’il y est la création d’emplois important, pratiquement 600 emplois. Donc cela est effectif, on est aussi engagé ce qui a été l’objet aujourd’hui de notre intervention lors de cette Conférence sur le Projet BIOEVA, qui lui aussi va être un Projet qui va créer au moins un millier de la Côte d’Ivoire notamment, pour répondre aux défis et enjeux structurer la filière d’approvisionnement Biomasse qui va reposer essentiellement justement sur le local.

A.E : Quels sont les Partenaires associés à ce Projet ?

Les Partenaires associés à ce Projet donc il y en a de différents ordres, en tant que sponsors, les promoteurs et développement du Projet, donc EDF, MERIDIAM et le Groupe SIFCA, qui est en tant que financier, on a besoin de pouvoir lever de la dette. On a le Groupe PROPARCO, qui est fortement engagé, mobilisé dans le Groupe EDF. Donc c’est essentiellement les parties État-Privé, puisqu’on est dans un Partenariat Public-Privé et donc c’est qu’avec L’État on a un traité de fonction.

A.E : A combien est estimé le montant du Projet ?

Le montant d’investissement de ce Projet est estimé à hauteur de 200 millions d’euro en investissement total.

A.E : Quel est votre mot de fin

Le Groupe EDF est implanté en Côte d’Ivoire depuis trois ans, essaie d’être présent sur toutes ces filières d’avenir que sont la Biomasse, le Solaire, essaie d’accompagner l’État dans tous les enjeux en matière d’électrification rurale, essaie aussi d’être pionnier de tout ce qui va être les enjeux de la ville durable. Aussi, de bien souligner qu’on est là, Partenaire de l’État, Partenaire du Secteur Privé, Partenaire du développement de la Côte d’Ivoire dans le Secteur de l’Énergie. Merci également au site www.afriqueeconomie.net qui nous donne l’opportunité de nous présenter et surtout de dévoiler notre Projet dans le Secteur de l’Énergie en Côte d’Ivoire.

 

Interview réalisée par Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires