5ème édition du Forum sur le Financement du Développement (DFF) du Groupe de la Banque Mondiale/ Des réflexions pour surmonter les grands obstacles à l’accroissement de l’investissement privé dans des Secteurs clés pour l’UEMOA et le Sahel à Abidjan

5ème édition du Forum sur le Financement du Développement (DFF) du Groupe de la Banque Mondiale/ Des réflexions pour surmonter les grands obstacles à l’accroissement de l’investissement privé dans des Secteurs clés pour l’UEMOA et le Sahel à Abidjan

Des chefs d’Entreprises, des Décideurs, des personnalités influentes et des bailleurs de fonds des Secteurs Public et Privé des pays de l’Union Économique Monétaire de l’Ouest Afrique (UEMOA) et du Sahel sont réunis du 01 au 02 octobre 2019 à Abidjan (Côte d’Ivoire-Afrique de l’Ouest), afin de mener des réflexions pour surmonter les grands obstacles à l’accroissement de l’investissement privé dans les Secteurs de l’ Agro-industrie, du Transport et de la logistique et de l’Infrastructure Numérique de leur zone.

Ces réflexions organisées au travers du Groupe de la Banque Mondiale, par le canal de la Société Financière Internationale (IFC) et l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) qui se tiennent durant deux jours à Abidjan, ont vu leur ouverture ce mardi 01 octobre 2019, en présence du Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Alassane OUATTARA et du Vice-Président, Financement du Développement du Groupe de la Banque Mondiale, Akihiko NISHIO.

Au cours de cette cérémonie d’ouverture, M. Akihiko NISHIO, a remercié à l’entame de ses propos, le Gouvernement ivoirien avec à sa tête le Président de la République de Côte d’Ivoire, qui accueille cette 5ème édition du DFF  et expliqué que cette rencontre réunit des participants des Institutions Publiques et Privées, des Institutions bilatérales pour comprendre le rôle que chacune de ces parties doit jouer pour avoir un impact durable sur le développement afin d’aider les économies d’Afrique de l’ouest et du Sahel. Poursuivant, il a fait savoir que cette rencontre mettra ainsi l’accent sur trois secteurs qui ont un impact sur le développement en Afrique notamment, l’Agro-alimentaire, le Transport et de la logistique, et l’Infrastructure Numérique. « En Afrique de l’Ouest, l’Agriculture est un secteur extrêmement important. Il représente 35 % du PIB de la région et 60 % de la main-d’œuvre active. Les pouvoirs publics et le Secteur Privé doivent collaborer pour permettre aux agriculteurs et aux producteurs de denrées alimentaires de disposer de meilleurs débouchés », a-t-il souligné.

Quant au Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane OUATTARA, qui a relevé l’importance de ces assises et indiqué que selon la Banque Mondiale, l’Afrique a des besoins d’infrastructures d’environ 93 milliards de dollars. « Les pays africains doivent faire face à quatre priorités que sont l’Accélération de la mobilisation des ressources intérieures, l’Amélioration du climat des affaires, le Développement d’un secteur financier solide et la Mobilisation des capitaux institutionnels», a estimé, par ailleurs, M. OUATTARA, se félicitant du dynamisme de l’économie ivoirienne ces huit dernières années. « Le continent africain abrite 60% des terres arabes du monde. Quatre des dix économies les plus dynamiques du monde y compris la Côte d’Ivoire se trouvent sur le continent africain», a fait remarquer le Président de la République de Côte d’Ivoire, soulignant les challenges à relever par le continent malgré ce dynamisme.

Notons que pour surmonter les grands obstacles à l’accroissement de l’investissement privé dans les Secteurs de l’ Agro-industrie, du Transport et de la logistique et de l’Infrastructure Numérique de l’UEMOA et du Sahel, il est essentiel entre autres, de rendre le Secteur Agro-alimentaire plus compétitif pour promouvoir la création d’emplois, la croissance, la sécurité alimentaire et la stabilité en Afrique de l’Ouest. Aussi, au niveau du Transport, il faudrait atteindre l’objectif de mobilité durable pour tous, en Afrique de l’Ouest. Enfin, pour l’Infrastructure Numérique, le développement des connexions internet à haut débit peut stimuler notamment,  la croissance économique et la création d’emplois, promouvoir le commerce électronique, encourager l’esprit d’entreprise, élargir l’accès au financement et aider les pouvoirs publics à lutter contre la pauvreté en améliorant les services.

 

Ce Forum sur le Financement du Développement (DFF) à Abidjan se tient également en présence de la Vice-Présidente d’IFC en charge des Partenariats, de la Communication et des Relations extérieures, Karin FINKELSTON, du Directeur d’IFC pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, Aliou MAIGA et de la Directrice des Opérations de la Banque Mondiale en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Togo, et en Guinée, Coralie GEVERS.

Rappelons que les éditions précédentes du DFF se sont tenues à Rotterdam en 2015, à Dublin en 2016, au Ghana, au Sénégal et en Côte d’Ivoire en 2017, enfin au Rwanda en 2018.

 

 

Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires