Abdoulaye NAFISSA « Rien n’est facile dans la vie, et ne cherchez jamais la facilité parce qu’elle est éphémère. Battez-vous pour atteindre vos objectifs, et croyez en vos rêves »

Abdoulaye NAFISSA « Rien n’est facile dans la vie, et ne cherchez jamais la facilité parce qu’elle est éphémère. Battez-vous pour atteindre vos objectifs, et croyez en vos rêves »

Rencontrée lors du Premier Sommet Régional de l’Initiative de financement des Femmes Entrepreneurs (We-Fi), en collaboration avec le Groupe de la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Banque Islamique de Développement (BID), le mercredi 17 avril 2019 à l’Hôtel Sofitel d’Abidjan (Côte d’Ivoire), cette jeune dame originaire du Niger a su « toucher et conquérir » le cœur du Président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi A. ADESINA, par son speech poignant et édifiant, lors d’un Panel, qui lui a valu le Financement immédiat de son Entreprise par l’Institution financière.

Nous avons voulu en savoir plus de cette jeune Dame, mariée et Directrice Générale de SALMA Entreprise, seule structure au Niger son pays d’origine, créée en 2014 qui exerce dans la Production et la Vente des aliments bétail à base de résidus de récolte.

Dans cette interview accordée au site www.afriqueeconomie.net, Abdoulaye NAFISSA, un nom déjà qui montre sa particularité par son prénom d’homme, ce qui sous-entend un acharnement dans le travail et un combat perpétuel à s’assumer, nous explique son parcours et exhorte les Femmes du continent africain à croire en leurs rêves et à ne pas avoir recours à la facilité.

 

A.E : Présentez-vous à nos lecteurs

Je me nomme Madame NAFISSA Hamidou Abdoulaye, je suis Nigérienne, mariée et mère d’une fille.

A.E : Rencontré le mercredi 17 avril 2019 à l’Hôtel Sofitel d’Abidjan (Côte d’Ivoire), lors du Premier Sommet Régional de l’Initiative de financement des Femmes Entrepreneurs (We-Fi), en collaboration avec le Groupe de la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Banque Islamique de Développement (BID), en tant que panéliste pour expliquer votre histoire et motiver ces nombreuses femmes qui ont participé à ce Sommet, pouvez-vous nous expliquer votre histoire ?

Je viens d’une famille polygame, à l’âge de 14 ans, mon papa s’est remarié d’où le début de nos problèmes pour ma mère et mes 4 frères. Ma maman s’est retrouvée seule avec la charge de ses cinq enfants. Étant une femme au foyer elle s’était retrouvée à faire le petit commerce pour subvenir à nos besoins. A chaque fois le conseil qu’elle me donnait c’est d’être patiente et de bien étudier à l’école afin de devenir une femme modèle et indépendante et non une femme au foyer. Et c’est ce qui fût fait.

A.E : En tant que Chef d’Entreprise dans un pays islamique où la Femme est surtout une Femme « au foyer », confinée pour le ménage et la gestion de la famille, comment a été possible votre ascension vue que vous êtes la Première femme dans votre pays le Niger à détenir une Entreprise qui exerce dans la commercialisation de la nourriture pour le bétail ?

La religion Musulmane n’a jamais empêché la femme à travailler ou de diriger une Entreprise. Mais malheureusement certaines personnes interprète mal le rôle de la femme dans la société. Quand j’avais commencé l’Entreprenariat, mon entourage,  personne n’a cru en moi sauf ma mère. Je me suis toujours rappelée de ce que me disais ma mère sur la patience et le travail bien fait ; ce sont ces mots qui m’ont encouragé à ne pas baisser les bras et à me battre.

A.E : L’Agriculture au Niger est aussi le secteur économique qui mobilise le plus de population, avec 90 %. En tant que femme, la concurrence doit semble-t-elle rude pour s’imposer dans votre secteur d’activité. Quelles sont vos stratégies ?

Ma chance est que mon Entreprise est la seule qui est dans la Production et Vente des aliments bétail à base de résidus de récolte. Au début c’est vrai les gens ne connaissent pas la valeur du produit vu que c’est un nouveau produit, donc les éleveurs préfèrent acheter les autres aliments qui viennent de la sous-région ; mais malheureusement peu nutritive pour les animaux. Vu que mes aliments sont pour le moment les seuls aliments complets de la place, les éleveurs préfèrent les produits de SALMA Entreprise.

A.E : Pouvez-vous nous citer vos Partenaires et vos Clients ?

Nos Partenaires sont notamment, l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN), SINERGI SA et nos clients sont les éleveurs individuels, les propriétaires de ranch, les associations des éleveurs, etc.

A.E : Quels sont les offres de service que vous proposez ?

Pour le moment mon Entreprise fait seulement les aliments pour les petits et gros ruminants.

A.E : Où sont commercialisés vos Produits ?

Les Produits sont commercialisés dans tout le Niger, et aussi j’ai des clients à Dakar, à Bamako et au Burkina Faso.

A.E : Combien d’employés avez-vous à votre actif ?

Actuellement j’ai 10 collaborateurs dont 5 femmes et 5 hommes.

A.E : Quelle est votre stratégie de Management ?

Je suis très à l’écoute des avis de mes collaborateurs, nous faisons vraiment un travail d’équipe.

A.E : Des Prix reçus dans votre parcours. Citez-nous ?

Je n’ai reçu que le Prix du Jeune Francophone de la Fondation 3535 et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour le moment. Nous espérons en recevoir encore, vu notre acharnement au travail.

A.E : Comment l’Environnement des Affaires au Niger est –il régit ?

Chaque domaine à un Ministère de tutelle qui le coiffe. De plus en plus au niveau de la Maison de l’Entreprise du Niger, les équipes font le nécessaire pour permettre aux Entrepreneurs de créer leurs Entreprises facilement.

A.E : Quels sont les difficultés que font fassent les Entrepreneurs au Niger, en particulier les Femmes ?

Ce n’est pas le faite de créer l’Entreprise qui est compliqué, mais comment pérenniser les activités à long terme qui pose problème. De plus en plus, les taxes font en sortent que beaucoup préfèrent rester dans l’informel. Pour les femmes, l’accès aux financements est un casse-tête à cause des garanties qui leurs sont demandées.

A.E : Quels sont vos Projets à court et moyens termes ?

Mes Projets c’est d’industrialiser mon unité de production et en plus des aliments pour les ruminants, de produire aussi pour la volaille et le poisson.

A.E : En tant que jeune femme entrepreneur, qu’est-ce que vous pouvez dire à nos Femmes sur le continent africain qui ont le désir de se lancer dans l’Entrepreneuriat ?

Rien n’est facile dans la vie, et ne cherchez jamais la facilité parce qu’elle est éphémère. Battez-vous pour atteindre vos objectifs, et ne laissez personne vous faire croire que vous serrez incapable de faire telle ou telle chose. Croyez en vos rêves.

A.E : Quelle est la politique mise en place par le Gouvernement du Niger pour aider toute personne désirant se lancer dans l’Entrepreneuriat ?

Au Niger c’est très facile de créer une Entreprise, comme aussi c’est très facile de fermer l’Entreprise. Il y a des politiques qui favorisent la création d’une Entreprise qui sont d’ailleurs très bien. Mais le souci c’est après création l’entrepreneur se verra confronter à des problèmes de taxes, problème d’électricité pour les personnes qui travaillent avec.

A.E : Votre mot de fin à nos lecteurs

Merci au site www.afiqueeconomie.net de l’opportunité que vous m’offrez pour me faire connaitre et faire connaitre mon activité. Je ne saurais comment vous dire merci. Et merci pour tout ce que vous faites pour l’Afrique.

 

Interview réalisée par Nadège Koffi

0

Commentaires

Commentaires