SEM Abdelmalek KETTANI, Ambassadeur du Royaume du Maroc en Côte d’Ivoire « L’excellente coopération entre le Royaume du Maroc et la République de Côte d’Ivoire est extrêmement riche et multidimensionnelle »

SEM Abdelmalek KETTANI, Ambassadeur du Royaume du Maroc en Côte d’Ivoire « L’excellente coopération entre le Royaume du Maroc et la République de Côte d’Ivoire est extrêmement riche et multidimensionnelle »

Le Maroc, pays d’Afrique du Nord, doté d’un littoral long de 3500 Km, avec deux façades maritimes à savoir la Méditerranée et l’Océan Atlantique, se distingue par ses affluents notamment berbère, arabe, et africain. Depuis l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, le 23 juillet 1999, au Trône de Ses Glorieux ancêtres, le Royaume Chérifien vit au rythme de chantiers titanesques à même de faire du Maroc un pays émergent à tous les niveaux.

Sur le plan diplomatique, le Maroc fidèle à son ancrage africain, s’est engagé à développer des partenariats denses et étroits avec les pays du Continent Africain. Aujourd’hui la Coopération entre le Royaume du Maroc et la République de Côte d’Ivoire connait une dynamique remarquable et soutenue au point de servir de modèle à suivre de ce que doit être un Partenariat Sud- Sud fécond, pérenne et mutuellement bénéfique.

Afin de cerner les contours de ce partenariat séculaire, dense et exemplaire unissant le Royaume Chérifien et la Côte d’Ivoire depuis de longues années, comme en témoignent les multiples actions menées par le Maroc en terre ivoirienne, nous sommes allés à la rencontre du Premier Représentant du Maroc en Côte d’Ivoire, SEM. Abdelmalek KETTANI, Ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Côte d’Ivoire.

Dans cette interview accordée au site « www.afriqueeconomie.net », SEM KETTANI, nous parle de la communauté marocaine établie en Côte d’Ivoire, et nous révèle cette excellente coopération bilatérale, avec un focus sur l’engagement constant et inébranlable du Royaume aux côtés de la Côte d’Ivoire afin d’apporter sa contribution aux efforts déployés dans ce sens pour une véritable émergence économique et sociale du pays de l’«Akwaba».

 

A.E : Pouvez-vous nous donner la date de votre prise de fonction à la tête de l’Ambassade du Maroc en Côte d’Ivoire ?

J’ai l’insigne honneur et l’immense privilège de représenter le Royaume du Maroc en République de Côte d’Ivoire, en tant qu’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi, depuis Novembre 2016.

A.E : Quel est à ce jour, le nombre de ressortissants marocains vivant sur le territoire ivoirien ?

Nous avons une communauté Marocaine très dynamique et très bien intégrée dans la société ivoirienne depuis des décennies, et nous en sommes fiers. Aujourd’hui, nous comptons près de 5.500 ressortissants dûment enregistrés auprès des services consulaires de notre Ambassade. Ce nombre est en évolution positive du fait de l’excellence des liens entre nos deux pays à tous les niveaux, et des énormes opportunités offertes par les nombreux investissements du Royaume du Maroc en terre d’Eburnie.

A.E : Quels sont les Secteurs d’activités dans lesquels le Maroc a une part de marché très importante, au niveau de la Côte d’Ivoire ?

Le Royaume du Maroc, dans le sillage des multiples visites qu’a effectuée Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, en Côte d’Ivoire depuis 2013, s’est résolument engagé aux côtés de ce pays frère, afin d’y apporter sa contribution sur la voie de l’émergence économique et sociale.

En effet, l’impulsion Royale a été déterminante pour encourager les entreprises Marocaines à prendre conscience des opportunités et du potentiel économique important de notre pays hôte, et à y investir massivement depuis lors dans une logique « gagnant-gagnant ».

Ainsi, les grandes entreprises Marocaines sont nombreuses et ont investi massivement dans différents domaines aussi névralgiques que diversifiés, tels que les banques, les assurances, les télécoms, l’immobilier, l’hôtellerie, le BTP, les engrais, l’agroalimentaire, les cimenteries, l’ingénierie, l’industrie pharmaceutique, la literie, les centres d’appels, etc. Nous avons aussi une multitude de PME-PMI qui opèrent avec succès en Côte d’Ivoire depuis quelques années.

Par conséquent, nous pouvons dire que nous sommes présents dans plusieurs secteurs importants du tissu économique et industriel de la Côte d’Ivoire, et nous œuvrons sans relâche pour consolider davantage cette présence à l’avenir, toujours dans le dessein d’accompagner notre pays frère sur la voie de l’émergence économique et sociale.

A.E : Nous savons tous que la Côte d’Ivoire et le Maroc ont depuis quelques années une très forte collaboration. Rappelons que la dernière visite de Sa Majesté le Roi du Maroc, Mohammed VI date du 27 novembre 2017. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?

L’excellente coopération entre le Royaume du Maroc et la République de Côte d’Ivoire est extrêmement riche et multiformes. Cette relation séculaire et fraternelle n’a jamais été démentie depuis le règne de Feu Sa Majesté Hassan II et l’époque de Feu le Président Félix Houphouët-Boigny.  Depuis l’avènement de S.E.M. le Président Alassane Ouattara en 2011 aux commandes suprêmes de son pays, et compte tenu de l’excellente et profonde relation tissée avec Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste,  la coopération entre nos deux pays s’est renforcée et s’est approfondie davantage dans tous les domaines.

Notre coopération est bien entendu intense sur le plan économique, mais aussi sur le plan de la formation, avec des centaines de bourses octroyées aux étudiants Ivoiriens désireux de poursuivre leurs études supérieures au Maroc.

Sur le plan militaire, des centaines de cadres et officiers de l’armée Ivoirienne sont formés au Maroc, et enfin sur le plan religieux, le Maroc forme des centaines d’imams aux préceptes de l’Islam Sunnite, de rite acharite, et de dogme Malékite, un Islam de la modération et du juste milieu.

 A.E : Le Maroc semble depuis quelques années investir et mener des actions sur le territoire ivoirien. Le plus marquant et dont tous les Ivoiriens attendent l’aboutissement est le projet phare de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody, un chantier de 425 millions d’euros. Pouvez-vous nous en parler et citer quelques réalisations et investissements menés en Côte d’Ivoire ?

La Sauvegarde et la valorisation de la Baie de Cocody est, sans nul doute, le projet le plus emblématique du partenariat entre le Maroc et la Côte d’Ivoire sur le plan des infrastructures. Piloté par la société Marchica Med, qui a à son actif la réhabilitation de la lagune de Marchica au nord du Maroc, devenue depuis, une fierté de mon pays sur les plans écologique et touristique, ce projet, voulu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et son frère le Président Alassane Ouattara, a pour ambition de changer la physionomie de la ville d’Abidjan, la perle des lagunes.

Outre son indéniable dimension économique, écologique, et touristique, ce projet va, bien évidemment, générer des centaines d’emplois directs et indirects pour la jeunesse de notre pays hôte. Je peux vous affirmer que le projet avance bien. Dans les 24 à 36 Mois prochains nous allons voir éclore cette réalisation dans toute sa splendeur et permettre aux habitants d’Abidjan de jouir d’un nouvel espace qui améliorera la qualité de vie dans la perle des lagunes.

Par ailleurs, lors de Ses deux visites en 2017, Sa Majesté Le Roi, a inauguré plusieurs projets importants à dimension sociale, comme le Centre Multisectoriel de Formation Mohammed VI à Yopougon (BTP et Hôtellerie) ou encore le débarcadère de pêche à Locodjoro. Le débarcadère de pêche de Grand Lahou est aussi fin prêt et sera probablement opérationnel dans les mois à venir.

Enfin, après la pose de la première pierre de la Mosquée Mohammed VI à Treichville en Mars 2017, les travaux ont effectivement commencé il y a quelques semaines et nous prévoyons une inauguration de ce joyau religieux et spirituel d’Abidjan dans environ 36 Mois.

A.E : A quelques mois de la fin de l’année 2018, si on vous demande de nous chiffrer les investissements réalisés par le Maroc sur le territoire ivoirien, à combien sont-ils estimés ?

Nous ne pouvons à ce stade vous donner un chiffre exact des investissements industriels réalisés en 2018. Cependant, outre l’usine de NEXANS (câblages électriques et transformateurs) inaugurée il y a quelques jours, fruit d’un investissement Franco-Maroco-Ivoirien de plus de 10 Millions d’euros, plusieurs projets d’envergure sont en cours de réalisation dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, dans l’hôtellerie de luxe, dans l’immobilier, et dans plusieurs autres domaines.

A.E : Le Royaume Chérifien a réintégré en janvier 2017 l’Union Africaine (UA), quelles sont les raisons de cette réintégration ?

Le Maroc est depuis toujours de plain-pied en Afrique comme en témoignent les actes forts posés depuis tant d’années par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ainsi que par l’engagement sincère de pays frères et amis qui le soutiennent. Membre de l’Union Africaine (UA) depuis Janvier 2017, le Royaume du Maroc contribue à la construction de l’Afrique, et de l’avenir fort prometteur de la jeunesse de notre Continent, conformément à la Vision sage et clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Ce soutien infaillible et cette participation active se matérialisent concrètement, pour ne citer que les axes majeurs, en termes d’investissements, publics et privés, offrant ainsi des opportunités d’emploi, de soutien aux étudiants du Continent (avec aujourd’hui plus de 30.000 Bourses octroyées), de prestations de santé, aides immédiates en situation d’urgence ou de catastrophes naturelles, de formation des cadres africains de haut niveau dans toutes les disciplines, sans oublier la consolidation d’une politique migratoire qui assure, et a pour finalité, la dignité et l’inclusion de tous les ressortissants Africains présents au Maroc.

A.E : Le Maroc vient de lancer le jeudi 15 novembre 2018, la première ligne TGV d’Afrique. A combien est estimé cet investissement et pouvez-vous nous en dire plus sur cet investissement qui va permettre au Continent africain de marquer son développement ?

La LGV (Ligne à Grande Vitesse) vient effectivement d’être lancée il y a quelques jours par Sa Majesté le Roi et le Président français Emmanuel Macron à Tanger au Maroc. Ce projet gigantesque ne pourrait, sans nul doute, être qu’un motif de grande fierté pour les Marocains et pour tous nos frères du Continent.

Ce lancement constitue une des étapes majeures de la Vision stratégique de notre Souverain pour un développement économique et social du Royaume. Ce projet lancé en 2007 se veut un vecteur important d’accompagnement du développement économique et industriel du Nord du Maroc où, comme vous le savez, un pôle industriel de premier plan s’est développé autour du Port Tanger Med.

Il convient de noter également qu’un autre pôle industriel majeur se développe actuellement autour de la ville portuaire de Kénitra et la LGV permettra une jonction aussi rapide que confortable, entre ces deux zones de développement avec toutes les retombées socioéconomiques que cela ne manquera pas d’engendrer. Avec un investissement de 2 Milliards d’euros, ce projet fait entrer le Maroc de plain-pied dans l’ère des Trains à Grande Vitesse et le réseau est appelé à se développer davantage dans les années à venir.

A.E : Votre mot de fin

On ne peut que se féliciter du développement que connait le Maroc depuis près de 20 ans sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste. Toutes ces réalisations et ces succès au Maroc et en Afrique, nous procurent tant d’espoir et d’optimisme pour l’avenir de notre pays si cher et celui de notre Continent, et nous confortent et nous encouragent dans notre engagement résolu sur la voie du progrès et de la prospérité.

Interview réalisée par Nadège Koffi

1+

Commentaires

Commentaires